Les clients sont parfois des boulets.

Boulet

Le client est roi, paraît-il. Dans le SEO, c’est plutôt le contenu qui est ROI, mais passons sur ce jeu de mot vaseux et éculé.

Il est malvenu que de traiter ses clients de boulets. De ce côté là, je serai tranquille; je n’ai plus de clients à proprement parler, et ceux que j’ai eu ne se reconnaîtront pas dans les exemples ci-dessous.

Ils ont, il est vrai, été assez peu nombreux à mériter ce qualificatif, mais certains d’entre eux m’ont laissé des perles qu’il me semblait amusant de relater ici. Les référenceurs pourront peut-être y ressentir des impressions de déjà-vu, et les futurs clients auront quelques pistes pour ne pas eux-même devenir des boulets du SEO.

Celui qui ne veut pas qu’on modifie son site

Il adore son site. Souvent, il a participé activement à la création graphique, voire tout fait lui-même. Lui suggérer des modifications, c’est comme lui dire que son nouveau-né ressemble à un bébé bouledogue.

Ajouter du contenu sur leur page d’accueil vide ? Hors de question. Remplacer leurs menus en Flash qui clignontent par un joli menu fait de listes à puce et de CSS ? Hors de question. Venir ajouter des contenus cohérents au milieu de leur page de présentation de services ? Hors de question. Reléguer le nom de leur marque en fin de balise <title> ? Hors de question. A la limite, vous pouvez intervenir sur la balise Meta Keywords; ça, vous ne l’avez pas préconisé, mais il a lu sur un article de 1998 qu’il fallait le faire, et comme c’est invisible, ça ne le dérange pas trop.

On peut alors se demander pourquoi ils ont payé une prestation de consultant. D’ailleurs, à la fin, ils se le demandent eux même lorsque, à force de rejeter tous les conseils prodigués, ils stagnent dans les résultats. Et évidemment, ils râlent.

Celui qui lance une refonte sans vous en avertir

C’est vendredi après midi, tout va bien; votre client est content, son site sur lequel vous bossez depuis 1 an et 8mois se porte à merveille, son investissement en SEO est depuis longtemps rentabilisé et lui a dégagé des budgets supplémentaires. Cool. Vous vous préparez à passer un bon week end de pâques, avec le sentiment du devoir accompli.

Ces budgets, il les dépense donc à « améliorer » son site. Depuis quelques mois, il bosse avec son agence de créa à une nouvelle version  qu’ils passent en production ce vendredi après midi, tant qu’à faire. Stupeur lorsque le mardi, les voyants sont au rouge à votre retour; erreurs 404 à la pelle, perte de positionnements, dégringolade du visitorat, sessions dans les URL, bref. Vous appelez, il vous invite à intervenir rapidement, vous présentez un devis toutes affaires cessantes et évidemment il râle.

Celui qui vous met en concurrence SEO en cours de prestation

Comme il n’est pas facile de distinguer les bons et les mauvais référenceurs, le client a la bonne idée d’en engager deux et de les faire bosser sur le même site. Tant qu’à faire, vous le découvrez une fois la prestation commencée, lorsque vous voyez apparaître sur des pages que vous avez déjà auditées au mieux des liens internes, au pire des textes cachés. Batailles d’expert, concours de celui qui a le plus gros PR, sclérose en plaque de l’optimisation du site … plus rien ne bouge, personne ne gagne, et surtout pas le client. Et évidemment il râle.

Ceux qui pensent avoir tout compris en lisant vos préconisations

Celui-ci a bien lu vos préconisations. Il pense avoir compris qu’il faut des expressions clés dans les contenus, des liens et que la balise <title> est prépondérante dans les critères On-Page. Et tellement sur de lui, il ne vous demande pas votre avis lorsqu’il se met à bourriner son site pendant le week end pour lui donner un boost dans les positionnements car, faut pas déconner, avec vous ça va pas assez vite. Et que je te multiplie par 5 le nombre d’occurences du mot clé, et que je te mette des liens et du <strong> sur chaque, et que je remplisse la <title> à ras bord avec le même mot repris 4 fois, etc.

Evidemment, comme vous n’avez pas le nez collé sur son site tous les jours (des clients, yen a plusieurs), le temps que vous vous en rendiez compte, c’est trop tard; Spam, pénalité, et client qui râle.

Celui qui n’est jamais content de ses positionnements
(et pourtant il devrait).

Vous bossez pour lui sur une liste de base de 100 expressions clés. A force de travail et de discernement, vous et votre client arrivez à positionner le site en top 3 Google sur 80 d’entre elles, les 19 autres en Top 10. Le dernier mot clé, lui, ne positionne le site de votre client qu’en 16ème position. Manque de bol, le nom de la boîte, c’est aussi un nom très générique, du genre « Fourchette« , et il y en a, des pages Web qui utilisent ce mot …

Vous avez beau lui expliquer tout ça, lui montrer les courbes Anlaytics, rien à faire, il râle.

Heureusement, il y en a des bien.

Mais heureusement, des clients qui reconnaissent le travail bien fait, qui savent que le SEO n’est pas de la magie et qui savent dire merci ou bravo, il y en a aussi. Heureusement, sinon il y aurait de quoi devenir misanthrope. Ils sont peut-être assez peu nombreux à remercier ou féliciter leur référenceur, mais leur petit mail de félicitations a de magique qu’il fait oublier instantanément tous ceux qui râlent pour de mauvaises raisons. Que Google les bénisse.

dans Why The Face ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
Obtenez une ancre comme il faut pour votre backlink, en renseignant "votre nom@votre mot clé"dans le champ ci-dessus.Exemple : jean claude@agent commercial


cinq + = 14

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>